Les Canadiens impressionnés par la façon dont Max Domi gère son diabète de type 1

« Je pense que les gens vont apprendre beaucoup plus de son livre », a déclaré l’entraîneur des Canadiens, Claude Julien.

STU COWAN, GAZETTE DE MONTRÉAL
Mise à jour le 29 octobre 2019

Max Domi des Canadiens publiera un nouveau livre mardi intitulé No Days Off: Ma vie avec le diabète de type 1 et Journey to the NHL.

Domi a été diagnostiqué comme diabétique de type 1 à l’âge de 12 ans et ses premiers mots au médecin ont été les suivants: «Puis-je encore jouer au hockey?

« Bien sûr que vous pouvez! » Répondit le médecin. « Savez-vous qui est Bobby Clarke? »

Clarke a été diagnostiqué comme diabétique de type 1 à l’âge de 13 ans et a disputé 15 saisons dans la LNH, remportant deux coupes Stanley avec les Flyers de Philadelphie dans les années 1970. Clarke est devenu l’inspiration de Domi pour pouvoir encore se rendre dans la LNH et le Temple de la renommée l’a également inspiré pour écrire le livre, dans lequel Domi espère pouvoir aider les autres personnes atteintes de diabète de type 1 à tirer les leçons de sa propre expérience.

Domi doit tester son sang jusqu’à 15 fois par jour, y compris avant de s’endormir, à son réveil, avant chaque repas, deux heures après chaque repas, avant l’exercice et toutes les 20 à 30 minutes d’exercice. Il a également un chien alerte diabétique nommé Orion. Le laboratoire jaune, âgé de 6 ans, est formé à la détection du niveau de sucre dans le sang de Domi qui est hors de la plage normale, car sa salive aura un parfum différent. Orion réveillera Domi pendant la nuit si son taux de sucre dans le sang devient trop haut ou trop bas.

Domi doit suivre une routine stricte le jour de la partie, qui consiste à tester son sang entre les règles et à nouveau après la partie. Au besoin, il s’injectera de l’insuline ou prendra une collation pour ajuster son niveau. Sa routine de jeu devient de plus en plus difficile sur la route, où il s’assure de prendre un peu de jus et une collation sur sa table de chevet et l’équipe de formation des Canadiens reste toujours au même étage de l’hôtel que lui au cas où quelque chose se passerait mal la nuit. et ils doivent arriver rapidement.

Samedi soir dernier, Domi a disputé son 208e match consécutif lorsque le Canadien a battu le Maple Maple de Toronto 5-2 au Centre Bell. C’est la plus longue séquence d’Ironman des Canadiens.

« Je pense que les gens vont apprendre beaucoup plus de son livre, » a déclaré l’entraîneur des Canadiens, Claude Julien, après l’entraînement de lundi à Brossard. «Parce que je sais ce qu’il traverse et à quel point il doit être discipliné pour jouer à ce niveau et se comporter comme il le fait. Je sais que les gens savent qu’il doit faire les choses différemment et faire des sacrifices, mais je ne pense pas qu’ils sachent jusqu’à quel point il sacrifie des choses pour être au meilleur de sa forme et pouvoir jouer avec le genre d’énergie qu’il fait tous les soirs. base. C’est donc assez impressionnant de la part d’un jeune homme comme lui.

« Je sais que Bobby Clarke est l’une de ses idoles », a ajouté Julien. «Cela n’enlève rien à personne, mais dans le football d’aujourd’hui plus que jamais, il faut se montrer en forme au camp d’entraînement. Vous n’avez pas la chance de vous mettre en forme. Donc, il doit rester au top tout le temps. Nous savons que le jeu est devenu encore plus rapide et demande encore plus d’énergie qu’auparavant. C’est pourquoi il mérite encore beaucoup de mérite pour avoir fait ce qu’il est en train de faire. Je suis heureux qu’il soit aussi fier de partager son histoire et d’essayer d’aider les autres. . »

Son coéquipier Brendan Gallagher a déclaré que c’était «assez impressionnant» de voir ce que Domi traverse quotidiennement pour pouvoir jouer dans la LNH.

« Vous voyez comment il gère cela, vous voyez comment il gère tout cela », a déclaré Gallagher. «Il a manifestement eu affaire à ça toute sa vie. Il sait ce qu’il fait. Mais cela ajouterait beaucoup de complications à toutes nos vies et il semble le faire sans effort et cela n’affecte pas vraiment ce qu’il fait sur la glace. Il vérifie (son sang) entre les règles. Il doit le faire dans l’avion. Il le gère toujours. Il fait un travail incroyable en ne le laissant pas vraiment le distraire ou s’éloigner de ce qu’il fait sur la glace. »

Pour compliquer encore les choses pour Domi, il est également atteint de la maladie cœliaque et a engagé un chef personnel pour faire toute sa cuisine à la maison sans gluten.

«Max est l’un des joueurs les plus dévoués sur la glace avec lesquels j’ai probablement joué», a déclaré son coéquipier Ben Chiarot, qui a signé avec les Canadiens comme joueur autonome cet été après avoir passé les cinq saisons précédentes à Winnipeg. « Lui et (les Jets ») Mark Scheifele sont en fait assez similaires. Max couvre toutes ses bases en matière de nutrition, de récupération, d’entraînement et de traitement hors glace. Tout ce qu’il peut faire pour devenir un meilleur joueur, il le fait. En plus de cela, il doit faire face à deux maladies auto-immunes. ce qui est rare pour la ligue. C’est impressionnant ce qu’il fait au jour le jour et il le fait très bien, s’occupant de deux maladies qu’il a eues toute sa vie, essentiellement.

Son coéquipier Phillip Danault n’imagine pas ce que Domi fait tous les jours.

«C’est un niveau différent de ma vie», a déclaré Danault. «Je pense que c’est impressionnant qu’il puisse jouer avec ça. Il doit être à l’heure à chaque fois en prenant son sang et tout le reste.

«C’est un défi de la vie, je suppose», a ajouté Danault. «Je ne peux pas imaginer ça. C’est courageux pour lui. Je suis sûr qu’il a de la chance de jouer dans la LNH avec ça et qu’il admet le fait qu’il joue ici. Je suis impressionné par cela, bien sûr. »

scowan@postmedia.com

twitter.com/StuCowan1

Comments are closed here.