CINQ JOUEURS QUI SONT SUR LE VERGE DE STARDOM ENTRANT DANS LA SAISON 2019-20

Après s’être démarqués l’année dernière et s’être pavanés, le moment est venu pour ces cinq joueurs de s’affirmer comme de véritables stars de la LNH.

Par Jared Clinton, 1er octobre 2019

Lorsque le Lightning de Tampa Bay est arrivé sur la glace pour lancer la campagne 2018-2019, Brayden Point n’a pas été une réflexion après coup, mais il n’a pas été le point de mire d’un alignement de stars. Bien sûr, il avait déjà commencé la saison avec une performance de 32 buts, 66 points, mais avant que quiconque soit sur le point de lui annoncer l’une des vraies stars du Lightning ou de le mettre sur le même pied que Nikita Kucherov ou Steven Stamkos, il y avait être la preuve que Point avait plus à donner.

Sûr de dire qu’il a montré que la saison dernière.

Non seulement Point a-t-il dépassé les meilleures notes de sa carrière dans la campagne 2017-2018, il les a légitimement arrachés de l’eau. À la fin de la saison, il était à égalité au deuxième rang des buts marqués à Tampa Bay – ses 41 rangs sont à égalité avec Kucherov et quatre à l’arrière de Stamkos -. chemin jusqu’à 92 points. C’était une augmentation de 26 points par rapport à la saison précédente, ce qui en faisait l’un des 15 meilleurs buteurs de la ligue et il devançait Stamkos de seulement six points. Donc, si la saison précédente était l’année de pointe de Point, la dernière campagne était son tour de star légitime.

Même s’il est peut-être le meilleur exemple, Point n’a pas été le seul joueur à être passé du buteur prometteur à la star de l’honnête à la bonté la saison dernière. La performance de Sebastian Aho au fil des points l’a établi comme une lumière brillante pour les Hurricanes de la Caroline.

Max Domi, Canadiens de Montréal
Domi a tout ce qu’on peut attendre d’une star. Fils d’un ancien joueur de la LNH, il joue dans un grand marché et n’était un choix très prisé au premier tour que lorsqu’il est entré dans la ligue. Une solide campagne de recrue a été suivie de quelques années en Arizona, ce qui a eu pour résultat un déménagement à Montréal, alors que la valeur commerciale de Domi était à son plus bas. La défaite des Coyotes a été un gain potentiel pour le Canadien, mais Domi a produit les meilleurs résultats de sa carrière la saison dernière – 28 buts et 72 points en 82 matchs – et le joueur de 24 ans entre cette saison avec la chance de prouver qu’il peut être un homme de choix dans la LNH.

Le défi pour Domi est de reproduire les performances. La saison dernière, il a été classé parmi les six premières dans le top à Montréal, ce qui ne devrait pas changer. Ce qui pourrait toutefois fluctuer, c’est son pourcentage de tir. Tireur de carrière de 8,7% avant la saison dernière, il a réalisé une séquence de 13,8% en 2018-19 en route vers son premier but de 20 buts et un total de 30 buts. S’il peut le faire à nouveau, ou même juste pour marquer 20 buts et 70 points, il affirmera qu’il est l’une des véritables stars du Canadien.

Timo Meier, requins de San Jose
Dans une saison qui a réservé quelques surprises aux Sharks, le plus impressionnant a sans doute été la démission de Timo Meier, qui est passé de sa deuxième année de confiance au contributeur fiable à une menace offensive de 30 buts et 66 points en l’espace d’une saison. Mais maintenant que son accord de base est terminé et que son accord de passerelle est en place, il est temps pour Meier de s’affirmer comme l’un des véritables dirigeants de l’attaque de San Jose. Il y a des raisons de croire que c’est ce qu’il fera aussi.

Avec Joe Pavelski parti, non seulement la porte a-t-elle été ouverte pour Meier, 22 ans, qui veut se battre pour une place en première ligne pour la durée de la saison, mais il y a aussi la possibilité évidente que Meier occupe la place précédemment occupée par Pavelski l’unité de jeu de puissance supérieure. Cette opportunité offre la possibilité d’une augmentation de la production en avantage numérique dans le cadre d’une des attaques extra-masculines les plus meurtrières de la ligue. Pour s’affirmer comme une vraie star, Meier n’a pas besoin de beaucoup d’augmentation de sa production. Une autre campagne de 30 buts avec un total de près de 70 points le placera au premier rang des meilleurs ailés de la ligue.

Thomas Chabot, Sénateurs d’Ottawa
Au Canada, et plus particulièrement à Ottawa, il n’ya pas deux façons de faire: Chabot est déjà une star. Dans toute la ligue, cependant, il est quelque peu négligé, mieux connu sous le nom de star montante qui tente de combler le vide laissé par Erik Karlsson. La vérité, c’est que Chabot a fait des miracles sur la ligne bleue des Sénateurs la saison dernière, marquant 14 buts et 55 points en 70 matchs, tout en augmentant la moyenne de 24 minutes par match.

Que faudra-t-il pour faire de Chabot une star légitime? Une apparition dans le match des étoiles serait une reconnaissance bienvenue pour le joueur de 22 ans, mais terminer l’année au cœur de la course au trophée Norris le consoliderait en tant que l’un des plus brillants jeunes défenseurs de la LNH. La saison dernière, il a flirté avec les prétentions de Norris et obtenu un seul vote à la cinquième place, mais s’il marque à un rythme similaire cette saison (64 points sur une saison de 82 matchs), les Sénateurs ont bien plus à faire que le fond. Club de l’Eastern Conference, Chabot pourrait finir plus haut par le vote de Norris et cela suffirait pour le qualifier de véritable star.

Mika Zibanejad, Rangers de New York
L’évasion de Zibanejad a été arrachée du cahier de jeu de Sean Couturier. Le pivot des Flyers de Philadelphie avait sept saisons dans sa carrière avant de passer de fiable à indéniable, et la saison dernière, Zibanejad, 26 ans, a fait un bond similaire lors de sa sixième campagne complète dans la LNH. Au cours des deux saisons précédentes, le centre des Rangers s’est retrouvé coincé à jouer en deuxième ligne, mais la passe la plus haute de la saison dernière, qui a été complétée par une augmentation du temps de glace moyen de près de trois minutes par match, a permis à Zibanejad d’enregistrer 30 buts. et 74 points. Et il y a tout lieu de croire que cela peut être la nouvelle normalité pour Zibanejad.

Tout d’abord, Zibanejad a géré ces chiffres la saison dernière tout en passant l’essentiel de son temps de glace avec Chris Kreider et Mats Zuccarello. Et bien qu’il n’y ait rien à faire non plus, il ne faut pas non plus bouger ce qu’Artemi Panarin peut produire avec la rondelle sur son bâton, et Zibanejad a tout intérêt à profiter du brillant offensif de son nouveau coéquipier. Sans compter que d’ici la fin de la saison, l’autre aile de Zibanejad pourrait compter sur Kaapo Kakko, candidat potentiel au trophée Calder. Cela pourrait être plus de puissance de feu que Zibanejad n’a jamais eu sur ses ailes.

Elias Lindholm, Flames de Calgary
Donner à Lindholm une touche dans l’échange des Flames en juin 2018 avec les Hurricanes qui ont envoyé Dougie Hamilton, Micheal Ferland et Adam Fox n’est pas judicieux, mais Noah Hanifin, qui n’avait été éloigné que de la cinquième place au cinquième rang du repêchage, a été considéré par la plupart comme la grande puce à l’époque. C’est drôle ce que quelques mois peuvent faire, cependant. Parce que si Hanifin a été bon à Calgary, la vraie victoire des Flames a été le jeu de Lindholm, qui a non seulement battu le record de la saison dernière, mais qui a connu l’une des meilleures saisons à deux dans la LNH.

Toujours bon pour environ 15 buts et 40 points avant d’atterrir à Calgary, Lindholm a explosé avec 27 buts et 78 points la saison dernière et a vu son temps de glace moyen éclipser tous les attaquants des Flames autres que Johnny Gaudreau. Mais c’est vraiment le mariage de la production offensive et de l’efficacité défensive qui permet à Lindholm, 24 ans, de s’établir lui-même comme une étoile tout au long de la ligue. La saison dernière, ses effectifs offensifs étaient au rendez-vous avec des champions tels que Patrice Bergeron, Mark Stone et le vainqueur Ryan O’Reilly, ainsi que les chiffres sous-jacents de Lindholm. S’il continue, il sera un prétendant permanent à Selke.

Comments are closed here.